Accueil > Pôles de compétitivité > Les pôles de compétitivité à l’horizon 2018

Les pôles de compétitivité à l’horizon 2018


competitivite-gouv-fr(LesEchos.fr) Les pôles de compétitivité doivent définir leurs orientations pour la période 2013-2018. Les pôles du Sud-Ouest y travaillent. « D’usines à projets, les pôles de compétitivité doivent devenir des usines à produits. » La consigne gouvernementale donnée en fin d’année dernière était claire et tous les pôles de compétitivité sont en phase de réflexion pour écrire la feuille de route qui doit définir leur stratégie d’ici à 2018. Dans le Sud-Ouest, comme ailleurs, l’heure est aux regroupements et à une orientation accrue vers le marché.

Aerospace Valley : Implanté en Midi-Pyrénées et Aquitaine, son premier objectif est de continuer à travailler sur les technologies de l’avion du futur et d’en diffuser certaines (notamment satellitaires) à d’autres secteurs comme les transports, l’agriculture et la santé. Le pôle va aussi s’organiser pour que ses projets soient davantage tirés par la demande du marché. Troisième objectif stratégique, l’aide aux PME.

Route des Lasers : L’heure est aux rapprochements tous azimuts. Tout d’abord avec Optics Valley, l’autre pôle français de la photonique, basé sur le plateau de Saclay en Ile-de-France. « Trouver plus de synergies entre nos deux écosystèmes va permettre d’augmenter la taille de nos projets », explique Hervé Floch, délégué du pôle. Il va également amplifier ses relations avec Aerospace Valley, « une filière très consommatrice de photonique ». Enfin, le pôle veut développer les relations avec les autres pays et notamment l’Allemagne grâce au projet « European Photonic Cluster Networking » qu’il a initié.

Agrimip : Ce pôle de Midi-Pyrénées s’est étendu à l’Aquitaine l’an dernier récupérant une centaine d’adhérents du pôle Prodinnov qui avait perdu son label. Classé comme « très performant » par le gouvernement, Agrimip a lancé quelque 250 projets dont 150 sont toujours en cours et mobilisé 68 millions d’euros de subventions publiques.

Avenia : Basé à Pau et spécialisé dans la valorisation des ressources énergétiques du sous-sol, les recherches autour du stockage du CO sont mises en sommeil au profit de la géothermie et des travaux pétroliers. La gouvernance évolue également avec un conseil d’administration désormais dominé par les PME, comme Fonroche Energie, Semm Logging ou Vermilion.

Xylofutur : Le pôle de la filière bois veut améliorer la compétitivité de ses adhérents. L’objectif est d’en accompagner une trentaine à travers un programme d’évaluation de la performance avec l’aide de l’Afnor et de la méthode d’European Foundation for quality Management. « C’est la première fois que l’Afnor s’implique dans une telle action collective », insiste Nicolas Langlet, le directeur du pôle.

Lire l’article : lesechos.fr

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :